Reconnaissance scientifique pour Nicolas Andreff et l’équipe MiNaRob

®Sabine de Rozieres

Créée en 2012 au sein du département AS2M de l'institut Femto-St, l’équipe MiNaRob (pour Micro-/Nano-Robotique Biomédicale) cherche à transférer le savoir-faire du laboratoire en termes de microrobotique en direction de la médecine. MiNaRoB développe une activité scientifique en 4 axes : la chirurgie guidée par l’image, la conception micromécatronique biomédicale, le guidage de microrobot sans contact et la dextérité intracorporelle.

Le projet a su agréger une équipe permanente de 9 personnes* autour d’une envie commune : trouver comment la technologie peut contribuer à répondre aux besoins sociétaux liés à la santé. « Chanceuse », l’équipe a pu jusqu’ici choisir ses projets, au gré des sollicitations, des envies scientifiques, et des appels à projets, la plupart acceptés jusqu’ici.

L’équipe développe ses projets en lien direct avec les médecins, afin de répondre aux besoins exprimés, afin de créer des systèmes high tech, mais également de formaliser et comprendre la problématique. C’est le cas de Nemro (exploration invivo des mécanismes physiologiques liés à Alzheimer) et µRoCS (chirurgie de l’oreille moyenne), deux projets soufflés par des équipes médicales du CHRU J. MInjoz. Autre exemple, le projet Mimédi est né d’une discussion avec l’Etablissement Français du Sang.  Les chercheurs cherchent constamment à conserver cette relation proche avec les établissements et personnels de santé.

Encore jeune, l’équipe porte de nombreux projets, certains encore en cours de développement, et d’autres déjà plus aboutis. Le travail est long avant d’obtenir des débouchés concrets des travaux, objectif que l’équipe garde constamment en ligne de mire. Objectif atteint dans le cas de Amarob : une preuve de concept suffisante, obtenue dans le projet européen µRALP, a permis d’envisager de transférer cette technologie, et ainsi de créer une entreprise pour commercialiser le projet. D’autres projets seront amenés à suivre le même chemin, mais il reste difficile de trouver les porteurs de projets et les fonds nécessaires. De nombreux projets sont amorcés, avec la difficulté de les transformer à long terme avec le même impact. Dans 2 à 3 ans, l’équipe aura à relever un défi majeur : pérenniser les financements pour poursuivre les projets.

L’une des solutions : la croissance extérieure avec la création de jeunes entreprises, comme Percipio Robotics, avec lequel le département AS2M continue d’avoir des liens. L’équipe souhaite reproduire ce modèle, dans un premier temps avec Amarob, mais également avec d’autres projets en attente de porteurs. Le contexte industriel bisontin est porteur, avec un terrain technique propice dans le cadre de la robotique et du médical, mais il reste des difficultés à trouver les ponts financiers pour concrétiser.

L’attribution du Grand Prix Scientifique de la Fondation Charles Defforey – Institut de France à Nicolas Andreff pourrait faire bouger les choses.

Ce prix récompense à la fois son parcours, lui qui a quitté la robotique industrielle pour se tourner vers le biomédical en quête de sujets plus ambitieux, de nouveauté, mais également les travaux de ses collaborateurs et de l’équipe qui s’attache à un sujet novateur. Le chercheur et directeur de l’équipe MinaRob reçoit d’ailleurs ce prix avant tout comme une « reconnaissance collective de l’originalité des travaux menés et de la pertinence des projets de l’équipe ».

Plus « défricheurs que laboureurs », l’équipe aime bien tenter des choses, qui fonctionneront ou non, mais qui permettront peut-être de trouver LA bonne idée, quitte à prendre un risque scientifique et technologique. Convaincue et motivée, l’équipe trouve dans ce prix la preuve que l’Académie des Sciences les encourage à poursuivre dans cette voie.

Avec ce coup de projecteur bienvenu, MiNaRob pourrait bénéficier d’une visibilité accrue qui permettrait de renforcer l’équipe en attirant des personnes brillantes, aptes à candidater au CNRS, par exemple. Second avantage, plus terre à terre, le prix d’une valeur de 450 000 € va permettre à l'équipe de bénéficier de finances plus solides pour rayonner à l’international, prendre des risques, continuer d’innover sur des idées originales…

Dans un futur proche, l’équipe est engagée dans l’organisation de l’ICRA, conférence internationale sur la robotique et l’automatisation à Paris, un évènement majeur rassemblant près de 3 000 chercheurs du monde entier. Nicolas Andreff sera également au rendez-vous le 10 juillet à Bruxelles pour contribuer à tracer la feuille de route européenne de la robotique dénommée SPARC, auprès de euRobotics - association regroupant 180 entreprises et organismes spécialisés dans la recherche.

* Les membres permanents de l'équipe sont Nicolas Andreff, Michaël Gauthier, Maryvonne Dulmet, Brahim Tamadazte, Aude Bolopion, Redwan Dahmouche, Kanty Rabenorosea,  Patrick Rougeot et Christophe Perrard auxquels s'associent de nombreux doctorants, post-doctorants et stagiaires.