Hiptest : du numérique made in Besançon

Pur produit technopolitain, la startup Hiptest est une preuve s’il en est que l’innovation numérique se veut également française, et n’est plus la chasse gardée de la Silicon Valley. Laurent Py, dirigeant de Hiptest, précise d’ailleurs bien que les startups émergent aujourd’hui partout, et notamment à Besançon, avec un accès au marché mondial facilitée par le cloud.

Créée fin 2015 à 5, la startup compte aujourd’hui une équipe de 15 personnes et ouvre 4 nouveaux postes d’ingénieurs en vue de son développement, les développeurs de talents sont les bienvenus...

Le concept d’Hiptest est simple : proposer une plateforme aux équipes de développeurs web où ils pourront tester leurs applications en continu, de l’idée jusqu’à la production. La plateforme a su plaire puisque 25 000 comptes ont été créés dans le monde depuis septembre 2015, touchant plus de 150 pays. La startup a misé sur un développement sans commercial, mais basé sur la satisfaction des utilisateurs, ceux-ci étant amenés à se faire leur propre idée du produit. Un modèle de croissance vertueux où le produit est choisi par les utilisateurs qui y trouve un véritable service.

Si Hiptest a su convaincre, ce n’est pas en faisant plus mais en faisant différemment. Sa plateforme de test est basée sur deux notions clés : l’automatisation et la collaboration.
L’automatisation d’une part afin de rendre possible les mises à jour régulières des applications : Hiptest peut réaliser jusqu’à 10 mise à jour par jour, au lieu de tous les 6 mois pour les systèmes plus anciens utilisant des tests manuels, s’adaptant ainsi aux développements agiles.
La collaboration également, permettant aux équipes amenées à développer une fonctionnalité de travailler ensemble en flux continu. Là où les product owner, développeur et testeur travaillent habituellement les uns après les autres, ils sont amenés ici à imaginer ensemble la fonctionnalité attendue, afin de s’assurer que l’application finale correspond bien à ce qui a été souhaité et imaginé. La plateforme peut accueillir des équipes allant de 1 à 100 personnes pour les équipes d’envergure. 
Aujourd’hui l’application a su convaincre des équipes de développeurs de tout horizon : FLOWBIRD (anciennement PARKEON), SMARTBOX, DELIVEROO, CISCO…

Après l’installation dans ses locaux à TEMIS à l’été 2015, puis une première levée de fonds en 2016 auprès de Cap Innovest, et un début de notoriété acquise sur son marché (Hiptest réalise alors 90% de son CA à l’international sans commercial !), l’équipe s’est vite retrouvée à l’étape suivante : l’accélération, avec la nécessité d’investir dans le marketing pour devenir leader sur son segment. Le marché à viser en premier lieu : les USA qui représentent toujours 50% du marché du software.

Hiptest vise un développement international, mais tient à ses racines et à rester maître de son destin. Lorsque l’équipe est approchée par des grands noms américains, elle préférera conserver son indépendance. La bonne formule est finalement trouvée auprès de SMARTBEAR, société américaine spécialiste du secteur, avec une expertise forte en marketing et commercialisation qu’elle utilise pour accompagner les centres d’innovation dans les écosystèmes où ils sont nés. Exactement ce qu’il manquait à l’équipe de Hiptest pour franchir la marche suivante. Rachetée en mai 2017, Hiptest rejoint la famille SMARTBEAR qui porte la volonté de faire grandir les équipes là où elles sont, apportant la garantie de continuer de produire à Besançon pour vendre dans le monde. En parallèle de son développement fulgurant, les dirigeants d’Hiptest s’investissent auprès de startups régionales, comme Tetrane ou Covalia, pour leur faire bénéficier de leurs expériences, avec toujours un mot en tête : la collaboration.